Projet sportif

Présentation de la démarche

Ceux qui ont la charge de développer  les politiques sportives publiques savent que le sport est aujourd’hui engagé dans une profonde dynamique de changement.

Ces changements sont multiples : culturels, économiques, techniques ; juridiques et financiers. Ils sont aussi de nature démographique et, bien entendu, ils proposent une dimension sociale. Le sport est donc représenté à l’échelle d’un territoire par une multitude d’intervenants, décideurs, acteurs. Chacun élabore ses propres stratégies, propose ses propres objectifs et organise sa propre légitimité.

Dans ces conditions, les villes qui sont le plus souvent livrées à elles-mêmes pour élaborer leur politique sportive, se doivent de prendre en compte les exigences et les besoins de ces changements et d’en avoir une meilleure connaissance.

Une plus grande aspiration à la pratique sportive, sa diversification, son souhait de « pratiquer autrement » nécessite une meilleure connaissance des besoins pour établir un « projet sportif local de notre temps » - Fédération Nationale des offices municipaux des sport – juin 2000

La ville possède de par son histoire et son environnement un lien très fort avec le sport. Le tissu associatif sportif local est très riche, le patrimoine sportif diversifié et le cadre naturel privilégié permet à tout un chacun de choisir l’activité sportive qui lui convient.

Depuis son arrivée en 2008, l’équipe municipale met en place une politique sportive avec comme objectif prioritaire de faire de Thorigny-sur-Marne «  la ville de tous les sports et du sport pour tous ».

Cet objectif ambitieux  souhaite prendre en compte la diversité des pratiques et des pratiquants en cohérence avec les particularités de la ville.

En effet l’activité physique et sportive contribue largement à l’amélioration de la qualité de vie des habitants, il est donc naturel d’œuvrer pour qu’elle se développe dans de bonnes condition quel que soit son niveau, sa situation sociale et ses aspirations.

Sa politique sportive, la ville la construit dans le cadre d’une démarche concertée prenant en compte les attentes des acteurs du sport local tout en impulsant une dynamique nouvelle.

Bien que le sport ne soit pas une compétence reconnue pour les communes, à l’heure où le contexte national incite les collectivités territoriales à se recentrer sur leurs compétences obligatoires et que nous assistons à une remise en cause du modèle sportif français, les moyens mobilisés par la ville de Thorigny-sur-Marne au profit du sport local ne sont pas affectés.

Cependant l’action municipale s’inscrit dans une volonté d’optimisation des moyens et la mise en place d’une démarche la plus transparente possible avec les acteurs du sport local.

Le sport est aussi un moyen pour la ville de donner une image dynamique tout en valorisant son environnement, il est important que cette politique sportive s’appuie sur des valeurs. Des valeurs citoyennes, éducatives et pédagogiques, telle que le respect de soi, des autres, le goût de l’effort. Mais aussi la valorisation de l’investissement associatif et du bénévolat comme facteurs essentiels de cohésion et d’intégration sociale.

Le partenariat, la concertation et l’implication des acteurs du sport local sont les fils conducteurs de la mise en place du Projet Sportif Local.

La ville de Thorigny répond quotidiennement à une multitude de sollicitations des associations sportives, au coup par coup, sans disposer d’aucun fil conducteur et d’outils pour assurer une cohérence globale des décisions. Les problèmes posés se situent autour :

  • Des équipements : inadéquation, entretien, nombre, superficie, maintenance, homologation, sécurité, accès…
  • Des moyens d’encadrement : formation des intervenants (sécurité, nombre…)
  • Des moyens financiers : subventionnement direct et indirect…
  • Du développement de la pratique : massification, diversification, pratique émergentes, pratique libre…
  • Du bénévolat : formation à la gestion associative, reconnaissance, disparition
  • De l’emploi sportif : son coût, les agents de la collectivité mis à disposition…
  • Des relations intercommunales : les projets en commun, la mutualisation…
  • Des demandes de nouvelles pratiques sportives peu ou pas prises en compte.

Le projet sportif local permet de savoir dans quelles directions et sur quels types de projets doivent porter les efforts et se développer la réflexion stratégique de la commune ?

Le Projet Sportif Local a pour but d’affiner les grandes orientations sportives pour la ville, de maintenir et de renforcer la politique partenariale entre la municipalité et les associations sportives qui adhérent au projet.

Le projet répond donc à une volonté de cohérence entre tous les acteurs du sport. Il permet de définir le rôle de chacun et d’avancer dans la même direction.

Il permet également la mise en place d’un système de veille, d’observation, d’évaluation et d’information sur les problématiques liées à la pratique sportive et l’évolution de celle-ci sur la commune. Il affirme la volonté de la municipalité d’œuvrer en faveur d’une organisation favorisant l’épanouissement humain, le développement de la citoyenneté et de l’expression de la démocratie.

En somme le projet sportif local :

  • valorise la politique sportive voulue par l’équipe municipale
  • valide ses choix et les stratégies qu’elle met en œuvre
  • fédère les acteurs du sport autour de propositions concrètes

Notre projet sportif s’articule autour de grandes lignes de réflexion, des idées directrices qui mettent en débat des problématiques ciblées. Les thématiques proposées sont globales et s’adressent à l’ensemble des acteurs et partenaires locaux.

A terme le projet local doit apporter des réponses concrètes sur des thématiques comme :

  • La définition d’un projet éducatif pour tout le sport à Thorigny, à partir d’un état des lieux et d’une présentation de l’action municipale déjà mise en œuvre.
  • La réalisation d’une politique d’équipements sportifs prenant en compte l’ensemble des pratiques et des pratiquants et les contraintes du territoire.
  • La mise en œuvre d’action de prévention des risques liés au sport, à la violence, à l’exclusion.
  • La mise en place d’une organisation pertinente favorisant le débat, la réflexion, le partage d’expériences et la mutualisation de moyens. 
  • La définition de nouvelles relations avec le monde sportif.

Il est indispensable donc d’élaborer une stratégie et des outils pour la construction de réponses et la mise en œuvre d’actions dans le but de mieux répondre aux besoins de la population locale.

Dans ce sens la proposition municipale s’articule autour de plusieurs points :

  • L’organisation d’assises ou d’état généraux du sport pour définir les besoins et permettre l’échange et la discussion.
  • La mise en place d’une instance participative permettant l’évaluation régulière de l’action, l’organisation de nouvelles orientations, la gestion commune des moyens mis à disposition.
  • L’amélioration du service municipal en direction des usagers et notamment les plus éloignés de la pratique sportive.
  • La mise à disposition de personnel qualifié, pour une meilleure conduite des grands projets lié au sport et à l’éducation par le sport.

Le projet sportif local doit permettre de mieux préparer l’avenir, il est important qu’il aide chacun à trouver sa place en s’appuyant sur une concertation de base la plus large possible.

En organisant ces assises locales du sport, l’équipe municipale met en œuvre un espace d’expression pour tous les citoyens qui souhaitent contribuer au développement du sport à Thorigny. C’est également un signe fort dans sa volonté d’aller encore plus loin dans l’exercice de la démocratie représentative.

  1. Une participation large

La volonté est avant tout de valorisé la parole des citoyens. Il ne s’agit pas de les dessaisir de leur pouvoir d’expression au profit d’experts qualifiés. La démarche doit avoir pour cadre la réalité des pratiques sur Thorigny.

Il est important de rassembler tous les acteurs du sport pour débattre, la concertation doit impliquer :

  • La population, les pratiquants occasionnels, les non pratiquants.
  • Le monde associatif, les présidents de sections, les adhérents, les parents.
  • Le scolaire, le socio-éducatif.
  • Les élus y compris ceux des villes limitrophes.
  • Les personnes ressources disponible sur le département.
  • Les jeunes, les sportifs potentiels.
  1. Une organisation participative

Le projet sportif local est un projet concerté et négocié avec les partenaires concernés à tous les niveaux de sa conception. Le parti pris étant celui d’une expression libre, critique mais constructive. La difficulté et la réalité de Thorigny met en évidence que les acteurs du possible débat sont en effet loin de partager la même vision du sport et de ce qu’il représente.

A ce titre l’organisation proposée doit être utilisé comme un outil de lien social et de communication.

Etape n°1 : validation par le conseil municipal du principe d’assise local du sport comme élément indispensable du projet local.
Objectif : communiquer sur notre projet local et nos intentions

Etape n°2 : constitution d’un groupe mixte de réflexion et d’organisation (commission sport élargie par exemple)
Objectif : donner la possibilité à chacun de participer (opposition), valider notre démarche

Etape n°3 : mise en place dans le même temps d’une consultation des différents acteurs locaux organisé par les services municipaux (interviews, questionnaires, rencontres formelles, comité de quartier…)
Objectif : créer une véritable dynamique autour des    assises, mieux définir les axes de réflexion, valider la démarche en informant des véritables objectifs

Etape n° 4 : mobiliser les ressources extérieures, les acteurs départementaux
Objectif : élargir le débat, apporter des éléments qui légitiment les orientations de la ville en matière de politique sportive (école municipale des sports…)

Etape n°5 : penser les assises locales dans le cadre d’un évènement sportif, fête du sport, course cycliste, anniversaire du jumelage Erbach/Thorigny…
Objectif : inscrire ces rencontres dans un cadre festif, convivial, atténuer les tensions sans pour autant éviter les sujets qui fâchent.

Etape n°6 : communiquer au plus grand nombre les décisions prises, les validés en conseil et  mettre en place un comité de suivi et d’évaluation
Objectif : valoriser notre démarche, les résultats, faire aboutir quelques actions, inscrire les autres aux programmes des prochaines échéances

  1. Quelques thématiques comme point de départ

Les assises interviennent au milieu de mandat, depuis 2008 de nombreuses réflexions ont été mené, des questions de fond ont été abordées, certaines décisions ont été prises. Les assises doivent nous permettre de valider les engagements et les démarches entreprises et d’engager ce qui reste possible dans les 2 années à venir. C’est également la possibilité de tracer les lignes du futur programme en matière de politique sportive (après 2014)

Aussi il est important d’impulser ou de suggérer quelques thématiques que l’équipe municipales à déjà identifier, et ce, bien que certaines réponses ne pourront intervenir qu’à l’issue d’un débat plus en profondeur, structuré et organisé dans le cadre des assises.

Pour la municipalité c’est aussi le moyen de valoriser les réponses déjà apportées.

Il est important de faire partager au plus grand nombre la volonté d’aboutir à des actes concrets visibles, lisibles.

Quelques exemples de thématiques :

  • Le projet de développement d’un équipement sportif dans le cadre du PLU
  • Les équipements sportifs de quartier, l’accès au sport sans contrainte
  • Le sport à l’école la relation avec l’éducation nationale
  • Les pratiques sportives péri et extra-scolaire
  • La relation associations sportives/municipalité
  • Le bénévolat
  • La traçabilité du versement des subventions, basées sur des objectifs et des projets sportifs cohérents
  • La santé du sportif
  • Sport et emploi
  • Le handisport
  • Le sport de haut niveau, quel accompagnement ?
  • Le sport et l’animation de la ville, valoriser les grand évènements sportifs
  • Rôle et implication de l’office des sports
  • L’impact de l’intercommunalité sur la politique sportive locale
  • La mise en œuvre d’un service municipal pour le sport
  • Sport et environnement vers une politique durable
  • L’application du quotient familial, quelle aide pour favoriser la pratique ?

L’organisation des assises locales du sport est l’illustration d’une démarche démocratique souhaitée par l’équipe municipale. En soi c’est l’initiative cadre du projet sportif local, à terme elle valide, engage et valorise d’autres actions structurantes de la politique sportive communale :

  • La création d’un office des sports pour fédérer, informer, évaluer et décider

L’office des sports doit permettre de fédérer et d’assurer le suivie de l’ensemble des propositions issues des assises locales du sport. C’est un outil indispensable à la réalisation du projet sportif local.

Cependant la définition précise de son action sera également un des thèmes de discussion des assises.

Il est important que cette nouvelle entité soit validée dans son fonctionnement à l’issue des assises locales. 

Durant sa phase d’élaboration, la municipalité aura à cœur de garantir une grande indépendance et des missions importantes à cet organe de réflexion, de proposition et d’évaluation.

  • La municipalisation de l’école des sports en direction des 6/12 ans

Dès septembre 2012 et à l’issue des assises du sport, l’école des sports deviendra municipale avec l’objectif d’en améliorer l’accès et d’offrir à un plus grand nombre de famille la possibilité de faire découvrir à leur enfant des activités sportives adaptées et variées.

Ce transfert de compétence s’accompagnera de nouveaux moyens financiers et d’un programme de fonctionnement transversal avec les différents services éducatifs de la ville.

L’accessibilité de l’école municipale des sports sera augmentée par l’application du calcul du quotient familial au tarif de base.

Les acteurs locaux et notamment l’association sportive AJT prendront un part prépondérante dans la définition de ses missions et dans l’organisation des moyens dévolue au bon fonctionnement de ce nouveau service municipal. Il faudra notamment redéfinir la nature et l’affectation des subventions versées à l’AJT et consacrées à l’animation de l’école des sports.

Le recrutement d’un éducateur sportif BEES 1 début septembre 2011 sera un élément facilitateur dans l’organisation, la gestion et la réalisation de ce transfert de compétence.

  • Le recrutement d’un éducateur sportif diplômé

Le projet local sportif doit permettre une mise en cohérence de l’ensemble des besoins, des demandes émanant des usagers du sport. La transversalité entre les services municipaux et les associations de licenciés doit être une préoccupation quotidienne. L’office des sports doit en partie répondre à cette exigence. Cependant la municipalité doit garantir les moyens mis à disposition pour que tout cela fonctionne. C’est la raison pour laquelle il est indispensable qu’elle se dote  d’un personnel qualifié apte à pouvoir encadrer l’ensemble des actions du projet, animer les différents réseaux, en créer d’autres, imaginer des initiatives communes, impulser un lien dynamique entre chaque acteur du territoire.

Le recrutement de cette ressource préfigure le fonctionnement futur d’un véritable service municipal consacré au sport et à la pratique sportive des habitants.

La politique sportive a fortement ciblée les besoins des jeunes, cette personne ressources aura cette dimension jeunesse. Il est peut-être envisageable, afin de répondre au mieux aux demandes de regrouper ces 2 entités en proposant un service jeunesse et sports. 

  • L’implantation d’une seconde structure ouverte de proximité, un soutien aux pratiques émergentes

Depuis presque 2 ans la ville a mis en place un city stade. Essentiellement dédiée à la pratique du football cette structure rassemble des jeunes de toute la ville, elle répond parfaitement à leur demande de pratique libre et non organisée.

La ville a souhaitée dès le départ accompagner l’installation du city stade. Régulièrement des temps d’animation gérés par le service jeunesse sont proposés aux jeunes. On travaille ainsi directement avec eux sur les principes d’utilisation de la structure (respect des installations, respect des autres, relation avec les riverains…)

Le city stade fait partie du dispositif d’accès à une pratique libre pour les jeunes pratiquants, puisqu’il est situé entre une salle destinée à la pratique de la musculation et le parcours sportif de la Dhuis.

Quelques aménagements doivent être apporté pour un améliorer son fonctionnement  (l’insonorisation de l’espace de jeu, qui reste une demande forte de certains riverains)

Fort de ce premier succès, la réflexion sur l’installation d’une seconde structure est prévue dans le cadre du projet sportif local. Elle devrait se situer sur la partie basse de la ville et ainsi contribuer à l’amélioration de la répartition des équipements dédiés à la pratique sportive.

L’organisation d’une consultation auprès des jeunes doit nous permettre de déterminer la nature de cette nouvelle installation :

  • Un city stade pour soulager le premier mais aussi prendre le risque d’un cloisonnement dans l’utilisation des équipements sur la ville
  • Un skate parc peut être un peu plus couteux, pour répondre à de nouvelles demandes et continuer à œuvrer pour la circulation des publics à travers la ville.
  • La mise à disposition de chèques loisirs, le sport pour tous

Le sport doit être accessible à tous : enfants, adolescents, étudiants, adultes, personnes âgées, personnes porteuses d’un handicap, population fragilisée…

La ville veut, autant que possible, incitée les associations à favoriser l’accueil de ces différents publics.

Aussi elle souhaite mettre en place une aide à la cotisation sportive sous la forme d’un chèque loisirs. Les modalités sont à définir mais d’ores et déjà cette aide pourrait être élargie aux personnes porteuses d’un handicap quel que soit leur âge par exemple.

  • Action pour la santé dans le sport

Installation progressive de défibrillateurs dans les enceintes sportives, mise en place des formations pour optimiser leur utilisation.

  • Soutien à l’éducation, aux actions de prévention et de santé par le sport

La ville souhaite soutenir le sport scolaire en proposant des activités sportives dans les écoles et sur le temps périscolaire, notamment dans le cadre de l’action de son Projet Educatif Local et la mise à disposition d’une large proposition de créneaux pour le collège et les écoles primaires de la ville.

L’incitation au sport pour tous se fera également par le développement des propositions des services municipaux de l’enfance et de la jeunesse. La multiplicité d’activités sportives et de temps d’animations sportifs gratuits et encadrés notamment sur la période des vacances d’été, mais aussi la mise en place de projets liés à la pratique sportives des jeunes (jeux olympiques 2012)

  • Aide et soutien aux associations sportives

Mise à disposition des installations sportives municipales. Les associations sportives de la ville disposent gracieusement des installations sportives existantes. Sauf cas exceptionnel, l’ensemble des charges est assumés par la commune : fluides, entretien, surveillance, maintenance.

La mise à disposition des équipements sportifs représente un coût qu’il convient de communiquer dans le cadre d’une valorisation de l’utilisation des deniers publics.

Les règles d’attributions des créneaux horaires d’utilisation sont définies à partir des demandes des associations et en concertation avec celles – ci.

Afin d’améliorer le fonctionnent des équipements sportifs, un nouveau règlement d’utilisation sera validé par le conseil municipal (septembre 2011). Il concernera le stade et le gymnase du Moulin à Vent. 

La ville alloue aux associations sportives des subventions réparties en plusieurs catégories :

Une subvention pour la vie du club, attribuée en fonction du nombre d’adhérents et des besoins exprimés par la section sportive (déplacement, équipement, niveau de compétition)

Une subvention en fonction de projets correspondants à une thématique que la municipalité souhaite impulser (promotion du sport féminin, action de prévention, sport et handicap)

Une subvention liée à l’organisation d’évènementiel ayant un impact durable pour la vie et l’animation de la commune (rencontre sportive dans le cadre du jumelage, course cycliste…). Les montants sont à déterminés en fonctions de l’analyse des besoins du projet proposé.

Dès 2010 l’examen des demandes de subvention par la municipalité sera renforcé. Il s’effectuera à partir des besoins détaillés de chaque association et sections sportives. Afin d’améliorer la lisibilité et le suivi des sommes versées aucune demande de subvention globale ne sera honorée. Cette volonté de transparence permettra aussi de responsabiliser tous les acteurs du monde sportifs de la ville.

Afin d’aider les associations et sections dans leur démarche de promotion et de valorisation de la pratique sportive, la ville met l’ensemble des moyens de communication dont elle dispose à leur service :

  • Un accès facile au Vivre à Thorigny et au site internet communal
  • Le financement et l’organisation une fois par an en septembre du forum des associations
  • Construction, réhabilitation et accessibilité des équipements sportifs

Dans le cadre d’un plan pluriannuel d’investissement, la ville souhaite maintenir ses efforts en matière d’équipements sportifs : entretien, rénovation et mise aux normes des installations existantes pour répondre aux attentes des utilisateurs.

En fonction des subventions des autres collectivités territoriales, des institutions et du mouvement sportif, des acquisitions foncières possible dans le cadre du PLU ; Il conviendra de répondre à moyen terme à des besoins d’équipements essentiels aux développements de nouvelles activités sportives sur la ville (le déplacement du stade du Moulin à vent avec construction d’une piste d’athlétisme, la construction d’un second gymnase)

Concernant l’optimisation des équipements existants, il sera question de travailler sur leur accessibilité dans le cadre du nouveau plan de circulation urbain. De même les équipements sportifs seront mis aux normes pour les rendre accessibles aux personnes porteuses d’un handicap dans le cadre du plan pluriannuel de travaux. 

Identifier clairement les différents partenaires du projet sportif local

Explorer toutes les sources de financement possibles, anticiper les couts du projet en prenant en compte les engagements déjà pris par la ville (restaurant scolaire) le contexte économique actuel, notre capacité à mobiliser nos partenaires autour.

La qualité de la participation et l’adhésion des acteurs sportifs, les enjeux politiques forts, une organisation ancienne, une volonté de peser dans le jeu politique locale clairement exprimée par certains dirigeants associatif.

Les problématiques de territoire, les relations intercommunales notamment dans le cadre d’un développement et d’une mutualisation d’équipements.

Le discours politique de l’équipe en place, sa capacité à négocier, à valoriser les actions entreprises, à utiliser le temps restant à disposition pour mener les actions à terme. L’avenir et les propositions à venir, quelle stratégie pour imposer les idées de l’équipe municipales ? Quel projet pour l’après 2014 ?

Conclusion

Toute réflexion sur une politique sportive et le projet qui l’accompagne doit partir de l’existant et peser scrupuleusement ce que pourrait apporter une vision renouvelée.

Aucune mesure pour faire avancer le sport est satisfaisante si elle se fait seule et si elle ne s’inscrit pas dans une démarche de progression et d’aménagement de la cité, de l’évolution sportive, éducative des citoyens qui la composent. L’équipe municipale souhaite que les acteurs du sport dans leur plus grande généralité soient partie prenante des choix qui les concernent. Cependant parce qu’elle est la garante du respect des idées et des envies de chacun et qu’elle œuvre pour le bien de tous, il est indispensable qu’elle exprime ses propres choix et qu’elle impose comme règle du jeu la transparence et l’égalité de traitement.